Vous êtes ici : Accueil > Qui sommes nous ? > News > Améliorer la séquestration de carbone
 

Du compost pour améliorer la séquestration de carbone dans les sols non cultivés


 
C'est désormais un fait établi et mesuré scientifiquement : l'application d'une fine couche de compost sur des pâturages ou des prairies améliore considérablement leur capacité à absorber le carbone de l'atmosphère et à le fixer durablement dans les sous-sols. Le bénéfice net de cette pratique, en termes d'économies d'émissions de gaz à effet de serre, est établi a, pour la première fois, été mesurée sur plusieurs terrains dans le cadre du Marin Carbon Project.

Plusieurs équipes de chercheurs suivent et participent à ce projet expérimental. L'une d'entres elles, menée par une biologiste de l'Université de Berkeley, a comparé la capacité à réduire le changement climatique de l'épandage de 3 types d'amendements : fumier, compost et engrais minéraux.  Dans le cas du fumier, la séquestration du carbone ne compense pas les émissions liées à l'épandage et le bilan de l'opération est donc négatif, du point de vue de la réduction des émissions de gaz à effet de serre (+14 tonnes équiv. CO2 / hectare sur trois ans).

L'utilisation d'engrais se traduit quant à elle par une légère baisse des émissions (- 3 tonnes équiv. CO2).  Le compost issu de déchets organiques et déchets verts se distingue des deux autres amendements étudiés par une nette baisse : -23 tonnes équiv. CO2 !  

De très nets résultats  

En extrapolant ces données, les chercheurs ont calculé que l'épandage de compost sur 5% des pâturages de l'Etat de Californie, pourrait emmagasiner l'équivalent d'un an d'émissions de gaz à effet de serre provenant des industries agricoles et forestières de la Californie.
Enfin, l'étude portait sur 3 années, mais il semble que les effets bénéfiques d'un seul épandage de compost se vérifient année après année, montrant que cette méthode de ré-enrichissement du sol est un investissement rentable sur le long terme. Au niveau mondial, l'impact pourrait donc être considérable, sachant que 30 à 50% des terres sont des pâturages.
La méthode scientifique des chercheurs de l'Université de Berkeley pose des résultats nécessairement conservateurs, mais les acteurs du projet laissent entendre que les bénéfices environnementaux potentiels pourraient être encore plus intéressants. John Wick, l'agriculteur qui a initié le projet, explique en effet que sur ses parcelles, l'épandage d'un peu plus d'un centimètre de compost issu de fumier et d'autres déchets organiques a produit les effets suivants :
 
- Il pousse environ 50 % d'herbe en plus par hectare
- Le sol retient 26 000 litres d'eau supplémentaires
- Le sol séquestre 2000 livres (soit un peu plus de 900 kg) équivalent carbone en plus (une fois le compost déduit, ainsi que l'herbe) par hectare.
 

Quelles sont les explications à ce phénomène ?  

Le dioxyde de carbone absorbé par l'herbe grâce à la photosynthèse est séquestré dans les
racines et la terre qui les entourent. La couche de compost augmente la quantité de carbone
absorbée par les plantes, par rapport à la quantité relachée dans l'atmosphère.
Illustration de Bay Nature, adaptée de Whendee Silver, UC Berkeley
 
Source : Zerowastefrance
Dernières actualités
Interview de M. Gilles Perole Président de Un plus Bio, Adjoint au Maire de Mouans-Sartoux
Un arrêté ministériel favorable au compostage de proximité est actuellement soumis à consultation publique sur internet.
La lettre d'info
Composterre
Nos partenaires
 
Ils nous font confiance